Nos Projets Solidaires

Back To Roots

Alors que le gouvernement ghanéen a triplé ses dépenses dans le domaine de santé durant les dix dernières années, la performance et la qualité globales des prestations de santé restent toujours marquées par des disparités interrégionales. Concernant plus particulièrement l’accès aux soins pour les femmes enceintes celles-ci rencontrent diverses difficultés limitant leurs conditions de soins : la distance entre les lieux d’habitation et les hôpitaux, les conditions sanitaires/hygiéniques qui ne sont pas aux normes et les hôpitaux qui sont engorgés.De plus les femmes et notamment les plus jeunes et les moins instruites font face à d’autres difficultés comme : les violences physiques, la discrimination et la stigmatisation en passant par les interventions médicales effectuées sans leur consentement, le recours à la force pendant les interventions et l’abandon ou la négligence par le personnel de santé.

Le Ghana a aussi fait face à la pandémie du COVID 19 qui a eu plusieurs impacts au niveau sanitaire et social. Au jour du 10 Avril 2021 le Ghana enregistre 91477 cas positifs avec 763 décès.

Dans un premier temps les difficultés rencontrées sont : les populations ne se rendaient plus dans les centres de santé par peur de contracter la COVID 19, les campagnes de vaccination ont été réduite notamment celle pour la fièvre jaune. Dans un second temps, cela à permis au gouvernement de travailler sur les conditions de prise en charge dans les centres de santé dans le but de permettre aux populations d’avoir accès à de meilleures conditions de soins même hors pandémie. L’OMS, elle aussi à porter de nombreuses recommandations portant sur la santé génésique, maternelle, néonatale, infantile et des adolescents notamment axés sur les services essentiels qui doivent être fournis dans les structures de santé.

               Pour favoriser l’accès aux soins à l’attention de la population rurale, l’association AZT, en partenariat avec des collectivités locales du district de Sekyere East, a commencé à implanter un premier centre de santé (CHPS CENTER) établi dans un local exigu de 8 m² au du village d’Akuakrom en 2011. Ensuite en 2014, un projet cofinancé par le FORIM via le dispositif de PRA OSIM a permis l’élargissement du centre et nous sommes passés en statut CHPS COMPOUND. En 2020, l’Etat Ghanéen a agrandi le chps en dispensaire mais les conditions des femmes enceintes et des nouveau-nés sont déplorables. Une réunion a eu lieu en janvier 2021 entre les partenaires locaux qui a abouti au constat que malgré l’agrandissement du centre, la situation des femmes est encore précaire et doit être prise plus au sérieux dans tous les domaines médicaux.

Effectivement les problématiques recensés sont : le manque de place, l’absence d’un service de maternité, l’éloignement de l’hôpital, l’absence d’activités informations/sensibilisation type planning familial, l’absence de la santé des femmes (suite de naissance) et des nouveaux nés. Les besoins de ces femmes/jeunes filles reposent sur l’accessibilité à de meilleures conditions de prise en charge, dispenser des soins de maternité respectueux qui préserve l’intimité, la dignité et la confidentialité. Les conditions sanitaires actuelles n’ont fait qu’accentuer ces problématiques et nous faisons face à un besoins sanitaire et social majeur.

Via la mise en place de ce projet nous pourrons répondre à ces problématiques liées aux conditions tout en permettant aux femmes, aux jeunes et à l’ensemble de la population d’avoir accès à des informations et des actions de sensibilisation autour de : la contraception, l’hygiène menstruelle, les maladies sexuellement transmissibles ainsi que l’accompagnement post, pendant et après l’accouchement.

De plus les femmes et les jeunes filles sont fortement impliquées dans la mise en œuvre de ce projet via : les travaux d’intérêts généraux engageant les populations de participer aux projet, l’employabilité qui sera effective lors de la mise en œuvre du projet et via les échanges menés avec elles dans la phase de diagnostic de projet.

Zion Train

Pour beaucoup de jeunes au Ghana et en Afrique en général, le foot est un moyen de sortir du pays pour atteindre une situation plus stable et envoyer de l’argent aux familles. Cependant, lorsque les jeunes quittent l’école, ils n’ont pas accès aux infrastructures suffisantes pour continuer la pratique du football s’ils envisagent d’en faire leur métier. Ils sont alors contraints de se rendre en ville et finissent bien souvent à la rue entre les mains de faux agents qui les utilisent pour leurs intérêt (mule à drogue, prostitution…).

L’idée de ce projet est de mettre en place la continuité du projet « AGORO NE SCHOOL » de 2009 concernant l’assistance et la dynamisation des activités sportive des jeunes. L’enjeu global est de contribuer à la diminution du taux de vagabondage via l’amélioration des infrastructures et l’apport de nouveaux matériels pour les catégories U15 et U17 à Akuakrom FC.

De nombreux parents comptent sur le talent de leur enfant pour garantir la stabilité financière de la famille. Certaines de ces familles sont prêtes à mettre en jeux la totalité de leur économie pour que leurs enfants puissent partir jouer au football en ville. C’est cela qui attirent les faux agents. Ils abusent de l’ignorance et de l’illettrisme des parents pour leur faire signer des contrats qui ne leur procurent aucuns avantages. Ainsi ce projet consiste à la mise en place d’un centre de sport et d’éducation au sein du club d’Akuakrom FC pour les jeunes de 15 à 17 ans, afin de permettre aux jeunes du district de suivre une formation sportive de haut niveau tout en construisant un projet professionnel à l’aide de personnes compétentes qui les accompagneront tout au long de leurs cursus.

Le centre de formation fonctionnera de la même manière qu’en France ou les joueurs seront accompagnés dans le développement de leurs projets sportifs et professionnels.

L’objectif principal de ce projet est d’améliorer les conditions sportives et éducatives dans le village d’Akuakrom. Par cela, nous entendons le développement d’infrastructures sportives de qualités pour les jeunes d’Akuakrom et des villages alentours afin de promouvoir les valeurs du vivre ensemble, accroître l’égalité des chances et promouvoir l’apprentissage de la vie associative et sportive. Cet objectif répond donc à l’Objectif de Développement Durable n°1 : Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde. En effet, La mise en place d’un centre pour les jeunes U15 et U17 permettra de réduire la pauvreté dans les villes ou se rendent habituellement les jeunes qui recherchent un club formateur. De plus, le fait que le centre se trouve à Akuakrom (géographiquement situé au centre du district de Sekyere); cela évite aux familles de la région de dépenser de grandes sommes d’argents pour permettre

à leurs enfants de partir en ville et donc de dynamiser les commerces de la région et donc de réduire la pauvreté dans le village. Aussi, ce projet est en accord avec l’ODD n°3: Bonne Santé et Bien-être. En effet, la mise en place du centre va permettre la création de nouvelles équipes et ainsi de permettre à plus de jeunes de faire du sport et d’être accompagner par un diététicien pour apprendre à prendre soin de son corps via l’alimentation. Ces jeunes auront aussi un impact sur leurs entourage après avoir acquis ces connaissances. Enfin, nous répondons aussi à l’ODD n°4: Accès à une éducation de qualité. Les jeunes seront suivis dans leurs performances sportives mais aussi scolaires (via l’école d’Akuakrom). Ils seront aussi accompagnés par l’ONG Charity Aid Educational Foundation pour la construction d’un

projet professionnel sportif ou non, pour leurs assurer un avenir à la sortie du centre.

Notre association met en place un programme d’échange culturel entre jeunes rhodaniens et jeunes ghanéens. Les jeunes volontaires contribueront à la mise en place des projets en cours à Akuakrom tout en créant et menant un échange culturel avec un groupe de jeune au niveau local. Ce chantier international sera aussi axé sur la découverte culturelle locale via des visites, des temps d’échanges avec les autorités locales et les populations locales.

L’objectif de ce projet est de permettre à des jeunes français et ghanéens de partager leurs cultures. Nous

Voulons que les volontaires voient comment est mis en place un projet de solidarité international tout en prenant conscience des enjeux locaux. Nous souhaitons mettre en avant via ce voyage solidaire le projet d’accès à l’eau potable qui a été mis en place à Akuakrom dans le cadre de la coopération avec la ville de Vaulx en Velin et l’Agence de l’eau. Le groupe de jeune (5) qui se rendra sur place aura l’occasion de partager des témoignages et leur expérience durant l’action que nous souhaitons mener durant le forum des associations 2021 de Vaulx en Velin. Ce projet est un symbole d’une opportunité d’enrichissement personnel et professionnel de jeunes français et ghanéens par l’engagement associatif, la rencontre interculturelle, et l’échange de pratiques sociales.

Ce projet a lieu du 4 Aout au 4 septembre 2021 est cofinancé par le dispositif FONJEP, ainsi que la Métropole de Lyon.

L’action que nous voulons mener est en lien avec un projet d’accès à l’eau potable que nous avons mis en place à Akuakrom au Ghana.

L’idée qui a fait naitre cette action est liée au fait qu’il existe encore trop de disparité au niveau mondiale concernant l’accès à l’eau potable et la gestion de l’assainissement. Malgré le fait que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement soit reconnu comme un droit de l’homme depuis 2010, près de 2,2milliard d’êtres humains n’ont toujours pas accès aujourd’hui à de services d’alimentation domestique en eau potable gérés en toute sécurité.4,2 milliards d’êtres humains ne disposent toujours pas de services d’assainissement gérés en toute sécurité soit 55% de la population mondiale. Résultat, 2,6 milliards de personnes meurent toujours chaque année de maladies liées à l’eau, ce qui fait de l’eau insalubre une des premières causes de mortalité au monde.

Nous souhaitons donc faire le lien avec deux enjeux importants :

L’éducation à la solidarité internationale nous permettant de contribuer à faire évoluer le regard de l’individu sur des changements de comportement à adopter ou tout simplement de développer un esprit critique.

D’être en lien directement avec l’objectif de développement durable 6 : eau propre et assainissement

Cette action sera composée de : quizz autour de l’accès à l’eau potable, d’exposition photos autour du projet d’accès à l’eau potable et de témoignages des populations locales en lien avec le projet mis en place là-bas.